Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 22:40


La conférence de Raoul-Marc Jennar du 11 septembre à Evry est en ligne.

Elle a été organisée par Attac Centre Essonne et les Amis du Monde
diplomatique en Essonne.

Pour le MES:
http://www.dailymotion.com/video/xtqn14_le-mes-par-raoul-marc-jennar-a-evry-le-11-sept-2012_news


Pour le TSCG:
http://www.dailymotion.com/video/xtqm77_jennar-tscg

Pour le projet de loi organique qui doit inscrire le TSCG dans le droit
français, le point d'entrée officiel est sur le site de l'Assemblée
nationale :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/programmation_gouvernance_finances_publiques.asp


Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 22:36

 

SUR LE PACTE BUDGÉTAIRE EUROPÉEN

Le président de la République veut faire ratifier au plus vite par le Parlement le Traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) de la zone euro, plus connu sous l’intitulé de «Pacte budgétaire». Il s’était pourtant engagé à le renégocier.

ÉCONOMIQUEMENT ABSURDE

En imposant l’obligation d’équilibre budgétaire permanent, il va obliger à des coupes drastiques dans les dépenses publiques. Dans le contexte actuel, couper dans les dépenses publiques ne fera qu’accentuer la récession, aggraver le chômage et les déficits. En plus de cela, le Pacte budgétaire prive la puissance publique de moyens indispensables pour mener des politiques permet­tant d’engager la transition sociale et écologique.

SOCIALEMENT INSUPPORTABLE

Les «programmes d’ajustement structurel» aujourd’hui imposés à la Grèce et aux autres pays en difficulté réduisent les protections, accroissent les inégalités et touchent les popula­tions les plus précaires - femmes, jeunes, ouvriers, immigré-es. Loin d’éviter aux pays du Nord de l’Europe de subir le sort de ceux du Sud, ce Pacte entraîne toute l’Union dans une spirale dépressive qui risque de généraliser la pauvreté.

IL MENACE LA DÉMOCRATIE

Le Pacte budgétaire prévoit des sanctions quasi automatiques en cas de non-respect. Il marginalise les Parlements nationaux et européen, et fait de la Commis­sion et de la Cour européenne de justice, organismes non élus, les juges des budgets nationaux, niant ainsi la souveraineté populaire. Le refus de la France de ratifier ce traité serait un signal fort envoyé aux autres peuples européens afin d’ouvrir le débat sur la construction d’une autre Europe

 

Interpellez vos députés !

Une lettre ouverte et un formulaire en ligne sont disponibles pour interpeller vos députés. L’objectif : mettre la pression sur les parle­mentaires de la majorité présiden­tielle !

Informez-vous !

Documents, vidéos, visuels, infor­mations sur les évènements prévus, réunions, meetings ainsi que sur la manifestation unitaire sont disponible sur le site du collectif  http://www.stopausterite.org/

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 22:26

Après le 30 septembre on continue !

Le succès de la manifestation unitaire de Paris montre une mobilisation en forte progression dans l’ensemble du pays.

L’Assemblée nationale doit se prononcer sur la ratification du traité le mardi 9 octobre. Malgré ce calendrier parlementaire à marche forcée, nous ne lâcherons rien.

 

Mobilisations décentralisées

Nous nous engageons à continuer ensemble la mobilisation “pour une Europe Solidaire et contre le Traité d’austérité”, et pour démontrer l’il­légitimité des dettes que les peuples sont contraints de payer.

Nous appelons d’ores et déjà à un grand week-end d’initiatives décen­tralisées, dans toutes les villes de France les 6-7 octobre pour rappeler au Président de la République, à son gouvernement et aux élus parlementaires qu’ils doivent écouter les citoyens.

 

Meeting européen

Le 8 octobre nous démontrerons à nouveau que notre mouvement dépasse nos frontières avec un grand meeting européen à Paris.

Il réunira des personnalités syndi­cales, associatives et politiques européennes représentatives des luttes actuelles contre les politiques de la Troïka et engagées dans la construction d’un Alter Summit, pour une Europe solidaire (sommet alternatif européen prévu au printemps 2013 en Grèce.

Tout ne fait que commencer : Le traité ne doit pas passer !

Une Europe solidaire, écologique et démocratique est possible !

 

Signataires :

Act-up Paris, Aitec-IPAM, AC !, ANECR, Attac, A gauche par l’exemple, CADAC, CADTM, Cedetim-IPAM, Convergence services pub­lics, CFF (SPUCE CFDT), CGT-Cheminots, CGT Finances, CGT Educ’action, CGT Equipement-environnement, CGT Livres (Filpac), CGT Personnels des Organismes Sociaux, CGT-FSA, CGT UGFF, URIF CGT, CNDF, Démocratie Réelle Maintenant ! Paris, DIDF, Collectif des Associations Citoyennes, Les Économistes Atterrés, Fédération Droit au Logement, Fondation Copernic, Front de gauche - Parti communiste français - Parti de gauche - Gauche unitaire - FASE - République et Socialisme - PCOF - Convergences et Alternative - Gauche anticapitaliste, Femmes Egalité, FSU-Île de France, EPA/FSU, SNAC-FSU, SNASUB-FSU, SNESUP-FSU, SNETAP-FSU, SNUAS FP FSU, SNU Pôle Emploi FSU, SNUITAM FSU, SNUTEFI FSU, SNUCLIAS FSU, EE (Ecole Emancipée) FSU, Jeunes Communistes, Les Alternatifs, Les efFRONTé-e-s, Marche Mondiale des Femmes France, Mémoire des luttes, M’PEP, Marches Européennes, NPA, Osez le féminisme, Parti Fédéraliste Européen, Parti pour la décroissance, Réseau Éducation Populaire, Résistance Sociale, Solidaires Finances Publiques, Solidaires Douanes, Sud BPCE, Transform!, Union Syndicale de la Psychiatrie, Union syndicale Solidaires, UFAL, Utopia.

Soutiens européens :

Corporate Europe Observatory, Movimiento 15M, Parti de la Gauche Européenne, Réseau des Attac d’Europe, Transnational Institute

 

 

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 19:10

 

 

06 sept 2012

Extrait de l’article « Europe: le pouvoir s’efforce d’empêcher une bronca des parlementaires » Médiapart, 6 septembre

Il est intéressant de lire cet extrait qui rapporte les propos d’un député opposé au TCE en 2005, en particulier les phrases que j’ai soulignées :

« En comptant la vingtaine de députés hamonistes, qui ont déjà prévu a minima de s’abstenir, « il pourrait y avoir 60 ou 70 députés abstentionnistes, confie un noniste de 2005, encore hésitant. Notamment ceux dont les circonscriptions ont voté très fortement pour le « non » en 2005. Sans compter que certains élus ont fait du rejet du traité Sarko-Merkel un élément important de leurs campagnes, notamment quand ils étaient opposés à des ténors de l’UMP. Pour l’instant, c’est vrai, pas grand’monde ne nous en parle en circonscription. Mais beaucoup craignent de se retrouver en porte-à-faux quand leurs électeurs apprendront qu’ils ont voté oui. Quoi qu’ils décident, pour eux, le vote « oui » sera honteux. Dans l’idéal, ils aimeraient bien que ça ne se sache pas. »

 

 

 

Lire la suite

 

 

http://www.jennar.fr/?p=2533

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 19:02

·       pour une Europe sociale !

Communiqué de presse (février 2012)

La FSU refuse la tentative de constitutionnalisation du dogme de l’austérité et de la discipline budgétaire appliqué à l’Union Européenne par le Traité européen sur la « stabilité, la coordination et la gouvernance de l’Union économique et monétaire » (TSCG).

Le premier objectif de ce nouveau traité est de faire inscrire dans le droit de chaque pays signataire, sous la forme « de dispositions contraignantes et de caractère permanent, de préférence constitutionnelle », le principe autoritaire de la règle d’or qui contraint à l’équilibre budgétaire les États, mais aussi les caisses de protection sociale et les collectivités locales sous peine de tutelle et sanctions.

Dans le même temps, le traité instituant le Mécanisme européen de stabilité (MES) a été signé le 2 février 2012 par les États membres de la zone Euro. Il est aujourd’hui devant le parlement. Dans le cadre du MES, des prêts seront octroyés aux États rencontrant des difficultés financières et une incapacité à emprunter sur les marchés financiers, cela « sous une stricte conditionnalité » : privatisations, réductions des salaires, démantèlement des services publics, etc. L’accès aux prêts du MES « sera conditionné, à partir du 1^er mars 2013, à la ratification du TSCG par le l’État concerné. ». Enfin, le MES ne rompt pas avec le dogme du financement de la dette par l’emprunt sur les marchés financiers.

La FSU dénonce ces nouveaux traités car :

  •  
    • ces traités sont le résultat d’un processus non démocratique et bafouent la souveraineté des peuples
    • ils ralentiront la croissance, augmenteront le taux de chômage et ne feront qu’aggraver la crise
    • ils imposent une cure d’austérité massive avec à la clef le démantèlement du modèle social européen et des services publics.

A l’opposé de ces nouveaux traités, l’Europe a besoin d’une nouvelle politique monétaire, économique et sociale créatrice d’emplois de qualité dans le cadre d’un écodéveloppement.

La Confédération européenne des syndicats (CES) a clairement pris position contre le projet de TSCG. Elle dénonce « Le besoin de gouvernance économique utilisé comme un moyen de restreindre les mécanismes et les résultats des négociations, d’attaquer les systèmes de relations sociales, et d’imposer une pression à la baisse sur les niveaux de salaires négociés par convention collective, d’affaiblir la protection sociale et le droit de grève et de privatiser les services publics ».

La CES appelle à une journée d’action européenne décentralisée aujourd’hui. En France, la FSU appelle avec la CGT, CFDT, Solidaires, UNSA, les salariés, chômeurs, jeunes et retraités à en faire une puissante journée d’action unitaire en participant aux initiatives revendicatives organisées localement pour imposer une Europe sociale fondée sur la solidarité, la justice et la cohésion sociale.

 

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 14:53

merkel hollande ter

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 14:51

l'europe allemande

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 14:27

 

A Berlin pour satisfaire les banquiers allemands

Le président français François Hollande a souligné jeudi à Berlin sa volonté de maintenir la Grèce dans la zone euro, l'appelant toutefois à fournir les "efforts indispensables" pour y parvenir.

"Je veux que la Grèce reste dans la zone euro", a déclaré le chef de l'Etat français aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel, mais "il appartient aux Grecs de faire les efforts indispendables pour que nous puissions atteindre cet objectif", a-t-il averti 

  merkel holande

 A Londres pour rassurer la City

Le premier ministre britannique, David Cameron, le président français, François Hollande, et le président américain, Barack Obama, ont salué mercredi soir les récentes actions de la BCE face à l'euro, tout en appelant pour les deux premiers la Grèce à stabiliser son économie. Ces positions ont été prises lors de deux coups de téléphone, respectivement de David Cameron à François Hollande et de David Cameron à Barack Obama. Selon un communiqué de Downing Street, François Hollande et David Cameron "ont salué les récentes action de la BCE", tout en "tombant d'accord que cela ne remet pas en cause le besoin pour la Grèce de stabiliser sa propre économie et d'empêcher de nouveaux effets néfastes sur la zone euro".

 

AFP 23/08

 

Trouvé dans Marianne.

http://www.marianne2.fr/Grece-travailler-6-jours-sur-7-pour-gagner-de-moins-en-moins_a222326.html

 

En Grèce, la troïka est de retour. Les mesures d'austérité annoncées, notamment un projet qui prévoit de travailler 6 jours sur 7, sont fortement impopulaires dans un pays laminé par plus de deux ans de crise financière et d'austérité combinées, qui ont accentué la récession, avec une baisse du PIB de 7% attendue pour 2012.   

 
« Le travail c’est la santé…financière », c’est le refrain que pourraient entamer en chœur la troïka des créanciers qui doivent débarquer à Athènes ce vendredi avec une nouvelle fournée de mesures d’austérité. C’est que les trois fantastiques -UE, BCE, FMI- ne manquent jamais une occasion de faire la démonstration de leurs super-pouvoirs d’austérité.

En jeu cette fois-ci, le versement d'une tranche de 31,5 milliards d'euros de la ligne de crédit accordée par la zone euro et le FMI en mars. Mais pas question d’obtenir le début d’un euro sans quelques concessions économiques et sociales. Ce que le peuple grec ne peut plus payer en monnaies sonnantes et trébuchantes, il le payera à la sueur de son front : nouvelles réductions sur les retraites, nouvelles coupes dans les salaires de certaines catégories de fonctionnaires (universitaires, médecins, militaires, police, juges, diplomates), la presse égrène quotidiennement ses supputations, démenties régulièrement par le ministère des Finances.

Pourtant le pire est à venir selon un document adressé au Ministre des finances grecs et dévoilé par la presse grecque et britannique. La troïka y avance tout bonnement l’idée d’imposer une semaine de travail de six jours. Evidemment, le projet y est présenté de manière beaucoup plus diplomatique et vise à accroître la flexibilité des horaires hebdomadaires de travail en relevant le seuil maximal légal de jours ouvrés par semaine.
Une augmentation du temps de travail à salaire constant ? Rien n’est moins sûr. Selon l’OCDE, les salaires grecs ont chuté de 25% dans le secteur privé en 2011. Et rien n’indique que les Grecs ont touché le fond…

Une mise sous tutelle de l'inspection du travail

Car c’est un véritable catalogue de mesures de régression sociale qui attend les Grecs : accroître la flexibilité des horaires; accroître le nombre de jours de travail maximum à six jours par semaine pour tous les secteurs; instaurer onze heures minimum de repos par jour; déconnecter le nombre d'heures de travail du nombre d'heures d'ouverture des établissements ; supprimer les restrictions de temps entre les permanences du matin et celles de l’après-midi, autoriser les congés de quinze jours à être pris n’importe quand dans l’année pour les emplois saisonniers. Autant de mesures, dont le but est de faire baisser brutalement les coûts du travail, et qui détermineront si la Grèce peut oui ou non rester dans la monnaie unique. La troïka devrait rendre son verdict dans un mois. Une stratégie déconcertante dans un pays en pleine crise industrielle où la priorité devrait consister à « réparer » l’outil de travail.

La troïka demande aussi à ce que l’inspection du travail grecque soit réformée et placée sous supervision européenne. Une véritable mise sous tutelle. Selon le Guardian, cette lettre « révèle en détails l’intrusion de la zone euro dans un système et une culture du travail qui sont vus en dehors de la Grèce comme «dysfonctionnelle».
Le paquet de mesures sera « probablement » présenté dimanche après-midi aux inspecteurs de la troïka lors d'une rencontre avec le ministre des Finances, Yannis Stournaras, a indiqué à l'AFP une source au ministère.

« C'est une entame au droit des travailleurs grecs. On veut transformer la Grèce en pays africain. On accepte de maintenir le pays dans la zone euro, mais on ne lui donne pas les mêmes droits que les autres, on veut nous faire régresser, nous appauvrir » commente Rena Dourou, députée au Parlement grec, responsable des questions européennes pour Syrisa, la coalition de gauche radicale.

Les syndicats ont immédiatement réagi en menaçant de descendre dans la rue si le gouvernement approuvait ces mesures. Samedi à Salonique (nord), le défilé de rentrée des deux grands syndicats du privé et du public (GSEE et Adedy) et des partis de gauche est prévu sous les slogans « Tous ensemble pour casser les chaînes du mémorandum » (l'accord qui lie la Grèce à ses créanciers) et « faire payer des impôts aux riches et aux voleurs ». En Grèce, l'automne s'annonce chaud.
Un autre regard que le Figaro, le Monhttp://greekcrisisnow.blogspot.fr/2012/09/floraisons-extraordinaires.html#morede ou Libérationsur la situation
Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 23:01

Aujourd'hui, le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, déclare « qu’un grand pays, quand il donne sa parole, doit la respecter". En conséquence il appelle à la ratification par voie parlementaire et à l’application du Pacte budgétaire, de sa « règle d’or ».

Il n’a pas été « recadré »,

C’est faux et antidémocratique

Non, la France n’a pas donné sa parole.

Ni le Parlement, ni le peuple par référendum n’ont ratifié ce Traité. 

Nicolas Sarkozy avait déclaré que sa réélection vaudrait approbation du Traité. Sa défaite est un refus, pas un plébiscite pour le traité et sa politique d’austérité !

Si une nouvelle majorité ne peut pas changer les choix de la précédente, alors il ne fallait pas se faire élire pour le « changement »

François Hollande, lui, a donné sa parole : Proposition N° 11 : « … Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre 2011 en privilégiant la croissance et l’emploi, et en réorientant le rôle de la Banque centrale européenne dans cette direction. »

Le traité « Merkozy » n’a pas été renégocié, ni modifié d’une virgule

Le respect de la République, de la souveraineté populaire, passe par un débat national et un référendum La défaite de N Sarkozy, le fait que F Hollande jugeait nécessaire de renégocier le traité devraient suffire à ne pas le ratifier ou à le soumettre au référendum.

Ce traité retirerait le pouvoir budgétaire au Parlement qui deviendrait une coquille vide. C’est une remise en cause majeure de la souveraineté populaire ; Seul le peuple peut la décider.

Pacte budgétaire et « pacte de croissance » n’ont rien à voir : La confusion entre les 2 est volontairement organisée : Le Traité est permanent. Les mesures budgétaires ponctuelles de 120 Md€ - qui ne sont pas un pacte- n’ont aucun rapport les 120 Md€, montant ridicule à l’échelle européenne, ont été décidés bien avant l’élection de François Hollande.

 La participation de la France au financement est certaine, mais l’emploi ne sera pas forcément en France. D’ailleurs comment parler de croissance quand faute de budget on parle de revenir sur les investissements décidés (Canal Seine-Nord, SNCF…) ?

Le respect par anticipation du Pacte « austéritaire » et de sa règle d’or c’est 30 / 40 md d’euros - voire plus - à dégager dès 2013 soit près de 2000 € par foyer. « ça ne fera pas plaisir » (J Cahuzac)

 Le seul moyen autorisé par le couple pacte pour l’euro plus / pacte budgétaire, c’est les coupes sur les services publics, la protection sociale, et l’augmentation tous azimuts des impôts et taxes.

Conformément au pacte budgétaire, la « compétitivité », la baisse du « coût » du travail, chère au MEDEF et à l’Union européenne est le maître mot de la rentrée : il faudrait devenir « compétitif » avec les pays à bas salaire comme la Roumanie ou la Bulgarie (SMIC de l’ordre de 150 €)

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 23:35

Quelle est la différence entre un baraquement cassé sur ordre d’un ministre de droite et un baraquement cassé sur ordre d’un ministre de gauche? C’est le degré zéro de l’imagination! La répression ou le statu quo : est-ce la seule alternative? Ce n’est pas acceptable. Là aussi, il y a des mesures urgentes à prendre : ouvrir l’accès au marché du travail, par exemple. Valls fait du Valls. Mais c’est Hollande le patron, non?

Mélenchon dans le JDD !

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Jean-Luc-Melenchon-ce-fut-cent-jours-pour-presque-rien-544620

Bref c'est comme à propos de l'enseignement supérieur et de la recherche!

http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3741

http://www.snesup.fr/Presse-et-documentation?aid=6341&ptid=5&cid=2340

 

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives