Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2006 4 25 /05 /mai /2006 01:48

Dans un courier adressé à l'ensemble des personnels, Daniel André président de l'Université annonce sa démission pour le 7 juin.

Cette démission attendue, ne règle pas les nombreux problèmes de l'université.

le Snesup fait les propositions suivantes:

SNESUP Evry.

 

Compte rendu des réflexions et propositions (réunion mai 06) 

 

1/ Situation de l’université.

 

 

Beaucoup de personnes s’accordent pour penser que l’heure du départ de Daniel André est venue y compris beaucoup de ses propres amis. C’est sans doute une solution nécessaire pour la relance de l’université.   

Plusieurs réunions de la liste Ensemble, des rencontres avec des collègues, des discussions avec des IATOS, l’écho de multiples dysfonctionnements et difficultés ont conduit les camarades présents à la réunion de vendredi à faire les propositions suivantes  :

 

 

1)Nous ne soutiendrons pas un candidat non issu de la liste Ensemble

 

 

3)Nous pensons que la méthode à adopter n’est pas de partir des personnes qui peuvent être candidates mais de formuler des propositions de solution aux difficultés que rencontre notre université et de demander sur cette base QUI s’engage pour atteindre ces objectifs.

 

 

a)Le programme cadre est celui de la liste Ensemble qui figure sur les blog :

http://snesup-evry.over-blog.com/

http://ensemble.elections2005.over-blog.com/

 

  -         Une relance de l’administration, les collègues IATOS ont besoin de directives claires, élaborées avec le secrétaire général dans le respect de leurs compétences. Il faut re dynamiser et rendre confiance. Les recommandations du CNE doivent être entendues. L’hémorragie de personnel doit être stoppée.

 

 -         Régler les problèmes récurrents de l’UFR SSG et réorganiser cette UFR Permettre le développement autonome de la gestion et la rénovation d’AES hors de tout bricolage. Doter la gestion d’une CSE sans personnalités extérieures contestables.

 

 

 -         Lancer une politique de formation en réponse à la crise des banlieues par le renforcement ou la création de filières assurant des débouchés professionnels et luttant contre l’échec. En créant un dispositif de rattrapage et de mise à niveau pour tous les étudiants qui souhaitent se réorienter vers les filières à débouchés de science et technologiques secondaires. En relançant les filières CFA. L’université d’Evry doit affirmer un rôle social !

 

 

-         En créant immédiatement un véritable observatoire de la vie étudiante doté de moyens et intégrant le travail déjà réalisé. Nous  devons assumer notre responsabilité citoyenne en informant les usagers et les partenaires sur nos résultats et le devenir de nos étudiants.

 

 

-         La loi de finances permet les réorientations budgétaires. Les réserves de l’université et des sommes gelées doivent être mobilisées.

 

 

c) Nous proposons les objectifs à moyen terme suivants :

 

 

-         Relancer la coopération avec Génopôle et achever la pleine insertion des formations et des laboratoires liés à ce secteur au sein de l’université

-         Nous affirmer dans le PRES et y proposer des réorientations qui permettent aussi des complémentarités et des synergies avec Paris- centre. Intégrer la dimension bio dans le PRES avec les partenaires liés au pôle de compétitivité.

-         Appuyer énergiquement les démarches confiées à B.Chappey sur les bâtiments

-         Engager un dialogue fort  avec les partenaires pour nous renforcer (organismes, collectivités, lycées et CIO)

-         Lancer la réflexion sur le renouvellement et les successions dans certains secteurs ST par exemple et liaison avec les collègues qui prévoient leur départ à la retraite.

-         Réorganiser l’offre de formation par une défense et une relance des formations professionnelles et en apprentissage secondaires et tertiaires. Défendre l’esprit des IUP et conserver l’acquis pédagogique de ces formations Relancer les sciences par un effort de promotion et l’élargissement du recrutement. Conforter droit et économie. Réorganiser les sciences humaines.

 

 

d) Nous demandons aux candidat que nous soutiendrons de s’engager à être un président à plein temps et donc d’abandonner toute direction de laboratoire ou des responsabilités extérieures qui ne lui permettrait pas une disponibilité totale au service de l’université.

Nous mesurons les contraintes de cette exigence, en particulier dans le contexte politique actuel et avec le souci de conserver à la gauche une majorité dans le département. Nous proposerons de réfléchir à une phase de transition, avec des engagements publics clairs, phase  qui aurait en plus l’avantage d’éviter les enjeux personnels pour donner la priorité à des objectifs communs…tout en ménageant les égo et en respectant des principes que nous demandons pour l’ensemble de la vie publique.

 

 

 

 

 

 -         Enclancher une politique de recherche qui s’appuie sur un audit clair des labos, des moyens dont ils disposent(finances, IATOS, ATER, bourses), des thèses passées et en cours. En dégageant immédiatement et sous la responsabilité du CS des moyens budgétaires pour aider à la relance de la recherche. En appliquant la politique de partenariat et conventionnement avec des labos extérieurs pour conforter ou créer des équipes,   les personnels isolés ou rattachés à des labos extérieurs doivent pouvoir contribuer au rayonnement recherche d’Evry. Le rôle du CS doit être réévalué.

 -         Relancer la FC et le CFA en confortant le directeur, en soutenant une politique de développement et de transparence dans l’attribution et l’utilisation des moyens de ces secteurs.

 -         Démocratiser tout de suite et assurer la communication entre tous les collègues. Le bureau actuel même élargi fonctionne trop sur lui-même. Il faut aussi rétablir le respect des règles au sein de l’université, c’est une condition de la démocratie.

 b) Nous proposons les mesures d’urgence suivantes :

 2)C’est à la liste de décider démocratiquement, comme elle l’a fait jusqu’à présent, quelle solution elle adopte.

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans Archives 2006
commenter cet article
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 08:31

La précarité par région

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/02/34/72/socio-politique-deust-1/precarite-par-region.pdf

Repost 0
Published by DEP (ministère) - dans documents
commenter cet article
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 08:29

PIB par tête et par région

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/02/34/72/socio-politique-deust-1/richesse-des-menages-par-region.pdf

Repost 0
Published by DEP (ministère) - dans documents
commenter cet article
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 08:27

Proportion de bacheliers par régions

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/02/34/72/socio-politique-deust-1/proportion-de-bacheliers-par-region.pdf

Repost 0
Published by DEP (ministère) - dans documents
commenter cet article
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 08:25

Le document montre le poids de l'enseignement supérieur dans chaque région

 

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/02/34/72/socio-politique-deust-1/poids-de-l--enseignement-superieur-par-region.pdf

Repost 0
Published by DEP (ministère) - dans documents
commenter cet article
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 08:23

Sites des IUT en France

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/02/34/72/socio-politique-deust-1/carte-des-iut.pdf Delete

Repost 0
Published by DEP (ministère) - dans documents
commenter cet article
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 08:20

Les sites des universités et des écoles qui en dépendent.

Source MEN/DEP.

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/02/34/72/socio-politique-deust-1/les-sites-d--enseignement-superieur.pdf

Repost 0
Published by DEP (ministère) - dans documents
commenter cet article
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 01:06

Du mouvement actuel, il n'y a pas de quoi rire. Ce qui arrive dans nos universités était prévisible et se répétera. Les ministres ont tort d'imputer seulement à une prétendue manipulation "de gauche" les grèves et les blocus. Il n'y a ni main invisible ni complot. L'actuel gouvernement est coupable de s'étonner de l'agitation étudiante. Il est solidaire des gouvernements précédents et responsable avec eux du criminel Verdun universitaire qui, dans l'indifférence générale, dure depuis plus de vingt ans.

 

Sous prétexte que tous nos bacheliers doivent en être, les pertes au feu sont impitoyables. L'université forme une élite dont les facultés de droit donnent l'exemple, puisque les IEP, les écoles de commerce, nous jalousent et veulent délivrer des masters mention droit, gages de réussite sur le plan de l'insertion professionnelle.

 

Oui, l'université émarge à l'excellence, mais à quel prix ! A la faculté de droit de Nantes, pour 3 400 étudiants inscrits, il n'y a que 150 étudiants en master 2 (bac + 5). Le taux de réussite l'année dernière était le suivant en première année : 68 % pour les titulaires d'un bac scientifique, 52 % pour les bacs littéraires, et seulement 15 % pour les bacs techniques.

 

La sélection est encore plus impitoyable dans les facultés de lettres, où les étudiants à bac + 4 ou bac + 5 ayant manqué le capes ou l'agrégation se trouvent sans emploi ou dans des emplois ne nécessitant pas un tel niveau d'études. Et on s'étonne que ces étudiants se rebellent les premiers, qu'il y ait mutinerie ; et on feint l'indignation lorsqu'aux sondeurs ils répondent qu'ils aspirent à la fonction publique, au statut protecteur. Les études qu'ils suivent n'ont plus aucun sens. Demain ils mépriseront le savoir qu'on leur dispense, faute pour eux de pouvoir le convertir en un épanouissement dans le travail. Alors nihilisme, alors : "Feu sur la culture !" ; c'est le sentiment qu'on éprouve à les voir bloquer nos universités.

 

Et que dire de la première année des études de médecine ? La sélection qui s'y opère est inutilement drastique : elle n'a pas résolu le problème du renouvellement des médecins. Les universités consacrent ainsi une grande partie de leur budget à mettre en place des cours et des examens pour des étudiants qui, en masse, sortiront sans diplômes. Eh bien, un tel système consacre la faillite de l'université. Combien de fois faut-il l'écrire pour être cru ?

 

La première réforme, pour tout être sensé, serait d'instaurer une sélection à l'entrée de l'université. Cette sélection existe déjà de façon différée : un master 2 dans une faculté de droit ne peut accueillir qu'une trentaine d'étudiants pour 100 à 400 demandes d'inscription. Pourquoi les étudiants qui acceptent sans rechigner une sélection à bac + 5 n'accepteraient-ils pas une sélection orientation dès la première année ? Une sélection par souci d'humanité. Une sélection pour rappeler que les étudiants ne sont pas là pour justifier le service public, mais que le service public n'est justifié que s'il est là pour eux. Une sélection qui croiserait les critères (dossiers, examens après quelques mois, entretiens individualisés). Elle permettrait de proposer à l'étudiant une orientation conforme à son profil.

 

Une seconde réforme serait de doter les universités de moyens décents : un étudiant "coûte" 6 600 euros environ, là où un élève de classe préparatoire en "coûte" 15 000. Les petits cochons de la maison d'en face - je veux parler de l'enseignement supérieur privé - se frottent les mains de notre interminable agonie, que les actuelles manifestations accélèrent un peu plus. Avec la complicité des gouvernements de notre République, c'est l'enseignement supérieur public qui est sacrifié au profit des établissements, privés où les critères de sélection font offense au principe d'égalité des chances.

 

Y a-t-il un pilote dans l'avion ? En grève depuis trois semaines du fait de nos étudiants, nous ne voyons rien venir. Ni recteur - cette sorte de préfet d'Empire pour l'éducation : il a pour titre "chancelier des universités" -, ni secrétaire d'Etat, ni ministre. Rien. Rien : c'est la politique des gouvernements. Rien : c'est ce à quoi ils veulent réduire l'université.

 

Grégoire Bigot, universitaire, est doyen de la faculté de droit de Nantes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gregoire le bigot - dans Archives 2006
commenter cet article
18 mars 2006 6 18 /03 /mars /2006 09:20

 

Rendez-vous à la manifestation. Cortège Evry

Le 18 après la manifestation l'ensemble des organisations syndicales se retrouvent. Le conseil confédéral de la FSU proposera une journée de grève interprofessionnelle dans la semaine.

Lundi 10 h Appel à une assemblée des personnels, la FSU et le SNESup ont demandé l'heure d'information syndicale pour tous les personnels.

Vendredi:L'assemblée des étudiants a voté contre le blocage. Deux assemblées des personnels se sont tenues, l'une à l'appel du SGEN CFDT, l'autre à l'appel du SNESup.

Lundi à 10 h l'ensemble des organisations syndicales de l'Essonne se rencontrent.

Autre actualité interne:

le président est revenu de voyage hier

la question de LEA prend un tour nouveau avec une   lettre du président datée et signée au 14 mars alors qu'il était en Chine, étonnant, il n'a pas un mot pour les graves questions de l'université, mais de 10 000 km, il donne satisfaction au VP  SGEN et aux "compères " de ce dernier, désavouant le travail engagé par ses trois vice président CA, CS, CEVU. De plus en plus dans le glauque et l'étrange! Tout cela sent la magouille!

Toujours toutes les questions en suspend, quadriennal, invalidation du conseil de SSG, PRES, CSE de gestion et PAST de gestion, et sans doute de nouvelles "affaires" bientôt!

Nous donnerons demain le résultat de la rencontre intersyndicale de ce soir.

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans Archives 2006
commenter cet article
14 mars 2006 2 14 /03 /mars /2006 08:02

 

Vendredi 17 mars 18 h grand amphi bâriment Ile de France

Meeting intersyndical à l'appel des directions départementales FSU, CGT,Solidaires,FO, UNSA, CFDT, CFTC, CGC,  de l'UNEF et du Collectif Jeunes contre le CPE

 

 

Suite à sa proposition,  le SNESup Evry se félicite de cette décision et de cette unité intersyndicale pour la lutte contre la précarité.

 

 

Il contacte les organisations syndicales de personnel de l'université pour envisager un appel commun à une AG des personnels IATOS et enseignants et chercheurs afin d'examiner collectivement les modalités d'action.

 

 

 

 

 

Il appelle dès aujourd'hui les collègues à relayer cette information et à préparer la réunion de vendredi et la manifestation de samedi.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans Archives 2006
commenter cet article

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives