Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 07:28

Le collectif Ensemble, liste majoritaire à l'université initiée par le Snesup Evry en 1997 et régulièrement majoritaire contre le SGEN et la la liste des intérêts très "personnels", se réunit régulirement.
Nous publions la lettre d'invitation du premier vice président du CA et animateur de la liste notre camarade Alain Zozime.

Chère collègue, cher collègue,

 Compte tenu des embouteillages de réunions et de galettes lors de la semaine de la rentrée, notre réunion de liste se fera plus tranquillement

 

le jeudi 15 janvier 2009 à 17 heures en salle 427 du bâtiment IdF,toujours autour d’une galette et  pour faire le point sur

 

- le budget 2009 de l’UEVE,

 

- le projet de statut des enseignants chercheurs,

 

- les premiers retours de l’IGAENR,

 

- et d’autres questions que vous souhaiteriez aborder.

  

Bien cordialement,

 

Alain Zozime

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans snesup et fsu 2009
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 23:20

Enseignement Supérieur-Recherche :

 

VOULOIR GAGNER

 

 

Les protestations s'étendent et montent en puissance contre la volonté du gouvernement d'imposer sans négociations ses "réformes" dans les universités et les organismes de recherche. Les dotations budgétaires des établissements, la situation de l'emploi, les projets sur les carrières, la réforme dite de « mastérisation » de la formation des enseignants créent un profond mécontentement. Comme dans l'enseignement secondaire, il nous est aussi possible aujourd'hui de faire reculer le gouvernement.

 

Sur les thèmes cités, les organisations signataires appellent les personnels et les étudiants à renforcer les actions locales: assemblées générales, motions, pétitions, prise de positions de conseils, grèves administratives, actions spectaculaires, etc. En particulier elles demandent aux membres de tous les laboratoires CNRS de prendre les dispositions pour répondre à la consultation organisée par les instances scientifiques de l'organisme ("C3N").

 

Pour coordonner ces actions et les faire converger, les organisations signataires ont décidé de faire du

 

20 janvier : une journée de l'enseignement supérieur et de la recherche.

 

- Service Public : Pour un moratoire sur les "réformes" en cours qui doivent faire l'objet d'un débat approfondi et de négociations avec tous les intéressés : statut des enseignants-chercheurs, formation des enseignants, devenir des organismes et de leurs personnels,  etc...

 

- Emploi : Pour un plan pluriannuel de création d’emplois statutaires dans les universités et les organismes, pour des moyens permettant aux établissements d'assurer leurs missions et contre la précarité.

 

- Pouvoir d’achat : Pour une revalorisation de toutes les carrières et l'amélioration des salaires, contre les primes à la tête du client, pour une politique ambitieuse pour la vie étudiante.

 

Cette journée du 20 janvier prépare la journée interprofessionnelle de grève et de manifestations des salariés des secteurs public et privé du 29 janvier (pouvoir d'achat, emploi, service public) que les organisations signataires prépareront ensemble

 

Pour la région parisienne :

Manifestation 20 janvier à 14 H 30

devant le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche (Descartes),

puis en direction de l’Hôtel Matignon

 

 

Pour les villes en région, les organisations appellent leurs sections locales à décider ensemble des modalités les plus adaptées.

 

Ne nous laissons pas faire ! Agissons !

 

 

Signataires : FSU (SNESUP, SNCS, SNASUB, SNEP) – CGT (SNTRS, Ferc’Sup) – UNSA (Sup’Recherche, SNPTES) – Sgen Recherche EPST – SLR – SLU - UNEF

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans snesup et fsu 2009
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 00:17
 

Après deux journalistes qui lui avaient refusé la breloque non sollicitée, Sarkozy essuie un nouveau camouflet dans ses opérations de récupération médiatiques de la mémoire française.

Saluons le courage et la dignité de notre collègue dont la douleur est ravivée par la muflerie des UMP! 


 A lire l'article d'Edwy Plenel dans Médiapart et la lettre de Michèle Audin qui l'accompagne.
http://www.mediapart.fr/club/blog/edwy-plenel/020109/la-lettre-de-michele-audin-a-nicolas-sarkozy

D'après le Monde
La fille de Maurice Audin refuse la légion d'honneur
LEMONDE.FR avec AFP | 09.01.09 | 20h28  •  Mis à jour le 09.01.09 | 20h37

 
"La fille du mathématicien Maurice Audin, disparu à Alger en 1957, a annoncé avoir refusé la Légion d'honneur dans un courrier au président de la République Nicolas Sarkozy. Michèle Audin, elle-même professeur de mathématiques à l'université de Strasbourg et récompensée au titre de ses recherches, estime cette distinction "incompatible" avec un courrier de sa mère restée sans réponse, qui demandait au chef de l'Etat de "contribuer à faire la vérité sur la disparition" de Maurice Audin. Le mathématicien, membre du parti communiste algérien, avait disparu à Alger après avoir été arrêté par des militaires français en 1957.

 

"A ce jour, vous n'avez pas donné suite à cette demande. Vous n'avez d'ailleurs même pas répondu à cette lettre. Vous me voyez donc au regret de vous informer que je ne souhaite pas recevoir cette décoration", écrit la mathématicienne dans un lettre, datée du 1er janvier, et rendue publique le lendemain par le site d'informations en ligne Mediapart."

Contactée par l'AFP, Mme Audin a estimé "à la limite méprisante" l'attitude du chef de l'Etat et rappelé l'importance de la lettre ouverte envoyée par sa mère au président en 2007, cinquante ans après la disparition de son mari, qui demandait à Nicolas Sarkozy de mettre fin à "la dissimulation honteuse". "Le 11 juin 1957, des parachutistes de l'armée française ont fait irruption et ont emmené mon mari. Depuis cette date, je ne l'ai jamais revu", avait écrit Josette Audin, en ajoutant que pour elle, "il reste entre la vie et la mort qui ne lui a jamais été signifiée". Dans sa lettre ouverte au chef de l'Etat, elle lui avait demandé, non pas "un procès des tortionnaires de son mari", mais "simplement de reconnaître les faits".


Sur ses travaux de mathématicien
http://smf.emath.fr/en/Publications/Gazette/1998/75/smf_gazette_75_11-16.pdf
Sur la disparition de Maurice Audin
http://pagesperso-orange.fr/jacques.morel67/ccfo/crimcol/node59.html

http://pagesperso-orange.fr/felina/doc/alg/campagne_maurice_audin.htm

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article15

http://benchicou.unblog.fr/2007/06/23/maurice-audin-ce-jeune-homme-lumineux-que-les-paras-ont-tue/
Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans lbre fsu
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 23:33

Le fond profondément réactionnaire de la politique UMP et centriste mise en œuvre par Sarkozy  aggravée par  l’agitation brouillonne du président découragent même les moins mal disposés vis à vis de la politique de Pécresse : les présidents d’université.

La prise de position de la direction de la CPU sur trois sujets sensibles est significative.

Non seulement les promesses de budget ne sont pas concrétisées, mais le gouvernement aggrave l’instabilité des universités en lançant la réforme des services des EC et cerise sur le gâteau il fait un cadeau à la frange la plus obscurantiste de la société en permettant à l’église catholique de délivrer des diplômes !


Pour information, une lettre de la CPU et deux articles du Monde



Lettre ouverte au Président de la république
par
Lionel Collet,
Président de la Conférence des Présidents d’université
Simone Bonnafous et Jacques Fontanille,
Vice-présidents de la Conférence des Présidents d’université

Chronique d’une crise annoncée dans les universités.

Monsieur le Président de la République,

Les universités débutent l’année 2009 dans un très grand état de tension et d’inquiétude, alors même que vous avez affiché l’Université et la Recherche au rang des priorités nationales. Le budget global de l’enseignement supérieur et de la recherche a été sensiblement accru, des projets ambitieux ont été lancés, telle l’opération campus, et dix-huit établissements accèdent, depuis janvier, aux responsabilités et compétences élargies accordées par la Loi LRU (relative aux Libertés et Responsabilités des Universités) que Valérie Pécresse a préparée et fait voter dès 2007. La volonté politique est clairement exprimée, l’élan collectif est manifestement engagé, les défis sont propres à susciter l’enthousiasme.

Comment expliquer alors le malaise grandissant et les mécontentements accumulés, sinon en écoutant les interrogations que suscitent ces trois dossiers eux-mêmes ? Interrogations persistantes et justifiées sur la proportion des moyens nouveaux qui parviennent réellement aux universités pour améliorer leur fonctionnement quotidien et la qualité de l’accueil des étudiants. Incompréhension et protestations face aux suppressions d’emplois dans l’enseignement supérieur et la recherche, qui sont totalement contradictoires avec l’objectif affiché de porter l’enseignement supérieur français au meilleur niveau international. Interrogations sur la réalité des dotations de l’Etat pour les neuf campus retenus par l’opération campus et sur le devenir des autres sites, pourtant cruciaux pour la qualification future de notre jeunesse, et l’attractivité internationale globale de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Interrogations enfin sur le devenir des statuts des personnels au sein des universités devenues autonomes, sur l’avenir de la fonction publique d’Etat dans ces établissements.

Tout cela déjà mérite réponse, examen et concertation, et pourtant trois dossiers particulièrement sensibles se surajoutent et risquent de mettre le feu aux poudres : la modification du décret de 1984 sur le statut des enseignants-chercheurs, la formation des enseignants et l’accord du 18 décembre dernier entre la France et le Vatican sur la reconnaissance des diplômes nationaux. La modification du décret de 1984 était une nécessité car les enseignants-chercheurs demandaient que soient pris en compte dans les services d’enseignement les enseignements assurés à distance.
Si, en 1984, on ne concevait guère les enseignements que magistraux, dirigés ou pratiques en présence des étudiants, en 2009, en revanche, nul ne peut discuter la nécessité de l’enseignement à distance pour les étudiants salariés, les étudiants en situation de handicap ou encore la promotion des enseignements français hors du territoire national. Tout le monde s’accorde aussi sur la nécessité de prendre en compte l’encadrement de stages, les relations internationales ou les relations avec les entreprises dans les charges statutaires des enseignants, pour ne citer que quelques exemples. Personne ne conteste non plus que les enseignants-chercheurs ne consacrent pas tous le même temps à chacune de leurs fonctions, ni pendant toute leur carrière. Ce qui crée le malaise est la conception même de la modulation des services, telle qu’elle ressort du projet de modification du décret, et qui revient en fait à alourdir le temps d’enseignement de ceux que le Conseil National des
Universités aura jugé moins performants en recherche. Une analyse primaire et simpliste pourrait trouver « normal » qu’il en soit ainsi. L’enseignant-chercheur qui « cherche peu enseigne plus ». Mais cela revient à considérer l’enseignement universitaire comme une activité par défaut – ce que l’on est obligé de faire quand on n’est pas capable de faire autre chose –, alors que l’enseignement est au
contraire l’activité la plus noble, celle qui couronne les productions de la recherche, celle qui fait le pari de l’avenir à travers la compétence des jeunes diplômés. En outre, une telle conception de la modulation des services compromet définitivement l’avenir de ceux qui ne parviennent pas à dégager du temps pour la recherche, notamment parce que le ratio enseignant/étudiant est défavorable dans certains secteurs ou certaines universités, ou parce que certaines filières plus
professionnalisantes demandent une plus grande disponibilité pédagogique et organisationnelle: moins ils auront de temps pour la recherche, moins bien ils seront évalués et moins ils seront autorisés à faire de la recherche.

Une modulation des services qui transformerait l’augmentation du temps d'enseignement en sanction pour recherche insuffisante, voire en compensation pour des suppressions de postes constatées et annoncées, et qui cristalliserait par ailleurs les inégalités entre domaines et entre filières, créerait des dommages irréparables au sein des communautés universitaires, sans pour autant augmenter significativement la capacité de recherche du système d’enseignement supérieur
français.

Nous sommes favorables à une vraie modulation de services, c’est-à-dire à une modulation reconnaissant la diversité, la richesse et la variété de nos fonctions et résultant d’un contrat passé entre l’université et l’enseignant, via son UFR et son équipe de recherche, avec bien sûr une instance possible de recours en cas de litige. Nous sommes favorables à une modulation des services organisée par les acteurs au sein des équipes, autour de projets, pour optimiser les capacités de
recherche et de formation de l’équipe, et pour atteindre des objectifs collectifs à moyen terme. Mais nous ne pouvons ni admettre ni cautionner une conception restrictive et punitive qui ne propose, de manière très significative, aucune méthode pour aider ceux qui auraient décroché de la recherche et leur dégager plus de temps pour s’y remettre. En l’état des projets de réforme du décret de 1984, la
modulation des services telle qu’elle est conçue ne concernerait de fait que les marges de la communauté universitaire (d’un côté une élite très étroite de chercheurs très actifs, et de l’autre les très rares collègues qui ne remplissent pas leurs obligations) : mais, justement, et en raison de cela même, elle inquiète et mécontente déjà la communauté toute entière, qui se demande à juste titre
pourquoi il serait nécessaire de mettre en oeuvre une réforme des statuts en général pour traiter quelques cas marginaux !

La réforme de la formation des enseignants est un autre sujet très préoccupant pour l’ensemble des universités. La Conférence des Présidents d’Université a soutenu l’intégration des IUFM dans les universités et, à travers elle, l’affirmation que la formation des maîtres était une des vocations naturelles de l’université. La CPU a également considéré comme positif que soit exigé un master pour prétendre à une fonction d’enseignant car cela permet à la fois de revaloriser les salaires et
d’envisager des reconversions plus faciles en cours de carrière. Mais la précipitation dans laquelle s’est engagée cette réforme et l’absence de réponse aux questions que nous posons depuis des mois sur les stages, sur les conditions d’entrée dans le métier ou sur le financement des études des futurs maîtres, rendent la situation aujourd’hui intenable : d’un côté les universitaires ont travaillé depuis l’été au niveau national, comme dans les académies, sur des projets de maquette et de l’autre les programmes de concours auxquels ces masters sont censés préparer n’ont été connus qu’en décembre. La formation des enseignants est trop importante pour l’avenir des connaissances et des compétences de la nation pour que soit refusé le temps d’une réflexion nationale et d’une vraie coordination entre les deux ministères concernés. Nous insistons tout particulièrement sur la prise en charge financière des étudiants, et ce pour une raison stratégique. D’aucuns disent que les économies induites par la suppression de l’année de stage salarié seraient la motivation principale de cette réforme, expliqueraient à la fois la précipitation et l’incohérence du calendrier, seraient en somme la « clé » de cette réforme ; la création d’un financement spécifique pour la préparation des
masters enseignement, sur le principe des anciens IPES qui ont joué un rôle décisif de promotion sociale en leur temps, constituerait le meilleur démenti par rapport à une telle rumeur : la concertation sur l'essentiel, c'est-à-dire l'avenir de l'enseignement primaire et secondaire, et de la formation des enseignants qui en assurent la qualité pourrait alors s’engager positivement.

Pour finir, l’accord entre la France et le Vatican sur la reconnaissance des diplômes nationaux ravive inutilement le débat sur la laïcité. Selon cet accord, les diplômes délivrés par les instituts catholiques contrôlés par le Vatican seront reconnus en France au même titre que les diplômes délivrés par les universités publiques. Non seulement cet accord porte sur les diplômes canoniques, ce qui peut se concevoir mais mériterait discussion, puisque les diplômes canoniques font partie du champ initial des instituts catholiques, mais aussi sur les formations profanes, ce qui est proprement inacceptable. Si le processus de Bologne instaure la reconnaissance européenne des diplômes européens, il n’impose nullement à chacun des Etats-membres de reconnaître automatiquement, comme équivalents aux diplômes dispensés par ses établissements nationaux, les diplômes des autres établissements européens. Or si la reconnaissance des diplômes canoniques délivrés par les
institutions catholiques relève bien du processus de Bologne, notamment parce qu’elle n’entre pas en concurrence avec les diplômes nationaux, celle des diplômes profanes délivrés par les instituts catholiques s’impose tellement peu que l’Union des établissements d’enseignement supérieur catholique n’en était semble-t-il pas informée, selon La Croix du 19 décembre dernier ! Quelle nécessité d’avoir ajouté cette clause provocatrice, qui constitue un précédent inacceptable, et qui ne
peut que soulever les protestations de l’ensemble de la communauté universitaire, soucieuse de défendre les valeurs laïques et républicaines ? En outre, le biais retenu pour cette démarche, à savoir un accord international piloté par le Ministère des Affaires Etrangères, est particulièrement incongru, s’agissant d’établissements avec lesquels les universités françaises entretiennent depuis longtemps, dans plusieurs régions françaises, des liens de proximité et d’actives collaborations : ce type d’accord international, en effet, conduit à rappeler que chaque institut catholique français est, de droit, une implantation universitaire étrangère qui serait, pour tout ce qui concerne le pilotage et l’accréditation des formations, une émanation directe du Vatican. Est-ce bien l’objectif visé par la
démarche ?

Monsieur le Président de la République, afin de garantir la sérénité dans les universités et de leur donner les moyens de leur développement au service de la nation, il est souhaitable d’apporter des réponses précises et durables aux questions de fond, de prendre le temps de la réflexion sur la réforme du statut des enseignants-chercheurs et sur la formation des enseignants et de modifier
l’accord entre la France et le Vatican afin que les diplômes profanes ne soient pas concernés par cet accord. Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, en l’assurance de notre haute considération.




Dans une lettre à Sarkozy, les présidents d'université dénoncent "l'état de tension" sur les campus
LEMONDE.FR | 05.01.09 | 15h26  •  Mis à jour le 05.01.09 | 15h28

a Conférence des présidents d'université (CPU) monte au créneau. Dans l'après-midi du lundi 5 janvier, l'instance représentative de la communauté universitaire a adressé au président de la République une lettre ouverte intitulée "Chronique d'une crise annoncée dans les universités", dans laquelle elle demande à Nicolas Sarkozy d'"apporter des réponses précises et durables" et de "prendre le temps de la réflexion" sur un certain nombre de réformes en cours.

"Les universités débutent l'année 2009 dans un très grand état de tension et d'inquiétude", écrivent les élus de la CPU. Outre la grogne autour du budget 2009 et de la réforme du système de répartition des moyens, le mécontentement dans les universités se cristallise selon eux autour de trois autres dossiers "sensibles" qui risquent de "de mettre le feu aux poudres".

La modification du décret de 1984 sur le statut des enseignants-chercheurs est sans doute la réforme qui suscite le plus d'inquiétude. Ce texte, qui est actuellement examiné par le Conseil d'Etat, est un bouleversement inédit depuis vingt ans. Dans le droit fil de la loi sur l'autonomie, le projet confie aux universités la gestion de la carrière des personnels. Pour ce faire, les professeurs, qui étaient peu évalués, le seront désormais tous les quatre ans par le Conseil national des universités (CNU), jusque là chargé de sélectionner les candidats au professorat.

Surtout, le projet modifie les conditions de travail des enseignants, vieux sujet de discorde avec le monde syndical. Pour la première fois, il les astreint à 1 607 heures d'activités : 800 heures liées à l'enseignement et 800 autres liées à des activités de recherche "soutenues et reconnues". Les universités signeront un contrat avec les professeurs et pourront moduler individuellement leur temps de service. Celui-ci pourra "comporter un nombre d'heures d'enseignement inférieur ou supérieur" aux 128 heures en fonction de la "qualité" de leur recherche. Ce point suscite les plus grandes réticences, notamment de la part du principal syndicat, Snesup-FSU, qui dénonce une conception "usurière" de l'enseignement supérieur.

ACCORD ENTRE LA FRANCE ET LE VATICAN

L'autre dossier qui préoccupe la CPU est celui de la formation des enseignants. Les présidents s'alarment de la "précipitation dans laquelle s'est engagée cette réforme" qui nécessite de remettre à plat les contenus des formations qui seront désormais dispensées par les universités.

Enfin, le récent accord entre la France et le Vatican sur la reconnaissance des diplômes canoniques (théologie, philosophie, droit canonique) et profanes délivrés par les établissements d'enseignement supérieur catholiques, est perçue par la communauté universitaire comme un coup de canif dans les principes fondamentaux de la Constitution et de l'Université.

Cette lettre ouverte est la première initiative du nouveau bureau de la CPU, qui a été renouvelé le 18 décembre 2008. En juin, la nomination au cabinet de la ministre de l'enseignement supérieur, Valérie Pécresse, de Thierry Coulhon, alors président de l'université de Cergy-Pontoise et vice-président de la CPU, avait posé, au sein de la communauté universitaire, la question de la capacité ou de la volonté de la CPU de se tenir éloignée du pouvoir politique.

Catherine Rollot






 




---------------------------------------------------------------------------------------
Orange vous informe que cet e-mail a été contrôlé par l'anti-virus mail.
Aucun virus connu à ce jour par nos services n'a été détecté.



Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans snesup et fsu 2009
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 00:49
 

Un de nos amis de l'IUT d'Evry nous fait parvenir ces photos.
La lutte des IUT, y compris en région parisienne a été massive.

Evry n'a pas vraiment bougé. Sa direction a fait de nombreux moulinets, elle brasse du vent  mais agit peu.
Beaucoup de reproches à la direction de l'université accusée de tous les maux pour masquer une certaine inaction, un manque d'idée, l'absence de réflexion et de concertation du côté du directeur de l'IUT...

Bref l'anti université ne fait pas une politique et c'est sans doute pour cette raison que les meilleurs soutiens de la direction de l'IUT ne tenaient pas vraiment à ce que les collègues et les étudiants entrent en mouvement... Un mouvement est toujours une occasion de réflexion, de questions...




Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans snesup et fsu 2009
commenter cet article
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 11:21

Nos meilleurs vœux pour 2009

Une certaine idée....

 

Marc Bloch 1886/1944.
Une certaine idée......

                                                                     
De l’université et de la citoyenneté. L’an dernier nous n’avions pas précisé, dans l’état intellectuel de l’alma mater et du pays, surtout sur son côté gauche, il vaut mieux préciser.

 

Nous avons choisi Marc Bloch après Jean Pierre Vernant l’an dernier. Nous fournissons même la référence et l’accès au texte qui nous concerne le plus : l’étrange défaite.

Pour les plus ignares des EC, les sociologues et gestionnaires,  nous précisons que Marc Bloch ce n’est pas seulement le nom d’une ancienne université de Strasbourg et d’un centre à Berlin, c’est aussi celui d’un des historiens les plus importants du XX° siècle, fondateur de l’école des Annales et de la revue du même nom et d’un résistant de premier plan fusillé en 1944…

Nous recommandons à tous les collègues une de ses œuvres peu connue, citée mais rarement lue :

L'étrange défaite

Témoignage écrit en 1940. Paris: Société des Éditions Franc-Tireur, 1946

Ce texte est écrit à chaud, dans l’été 40 avec la méthode rigoureuse d’un grand intellectuel, Bloch analyse, s’interroge sur les causes du désastre de 1940.

Sa méthode est exemplaire :

a)      Le témoignage d’un combattant

b)      L’analyse sans concession des faiblesses de l’armée et de la direction politique

c)      La société qui à produit cette institution qui a fait faillite.

 

Une méthode que nous devrions tous reprendre et appliquer à l'Université pour éviter les impasses…ou les engagements vains comme celui de Monthubert…

 

L'Étrange défaite. Témoignage écrit en 1940 (1946)

Table des matières;
Extraits.

Une édition électronique réalisée à partir du texte de Marc Bloch (1886-1944) [historien français], L'Étrange défaite. Témoignage écrit en 1940. Paris: Société des Éditions Franc-Tireur, 1946, pp. 21-194. Une édition numérique réalisée par Pierre Palpant, bénévole, Paris.

 

Référence à l’an passé, nous maintenons…

http://www.aes-apprentissage-univ-evry.org/article-15270971.html

 

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans snesup et fsu 2009
commenter cet article
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 12:30
Malgré la conjoncture les libres Snesup vous souhaitent de bonnes fêtes.....

Retrouvez toutes nos chroniques à la rentrée avec votre feuilleton préféré: les tribulations du contractuel.

Aux dernières nouvelles il cherche à rencontrer son directeur assisté des représentants syndicaux, ce dernier est très pris...suspense.

Vous saurez tout en janvier!
Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans snesup et fsu 2009
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 23:56

….

 

Nous avions déjà évoqué les difficultés à obtenir les arrêtés présidentiels de nomination du « chef » du contractuel. L’administration centrale en réorganisation (permanente) ne trouvaient pas ces documents et les joyeux drilles de SSG ne voulaient pas le donner….dans cette UFR la démocratie et le respect des droits de l’homme (et du citoyen) ne les étouffent guère !  On est le 10 décembre !

 

http://www.aes-apprentissage-univ-evry.org/article-25341008.html

 

Finalement le cabinet du président  les a retrouvés et communiqués, il ne reste qu’à obtenir la lettre de mission du chef à laquelle il est fait référence pour connaître l’étendue de ses prérogatives selon le président ! Selon les textes c’est clair et il ne les respecte pas, mais sans doute ne les connaît-il pas !

 

Rappel de la situation.

http://www.aes-apprentissage-univ-evry.org/article-25342790.html

 

http://www.aes-apprentissage-univ-evry.org/article-23946344.html

 

Les syndicats se réveillent, la CGT locale et son leader plus à gauche que moi tu meurs s’engage à….écrire au « chef » pour lui demander d’être gentil ! Ah ! Solidarité de corps et entre petits bourgeois quand tu nous tiens !

Côté SNESup une lettre part au nouveau CASU en charge des personnels et on annonce une intervention auprès du président Messina….

A suivre….

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans lbre fsu
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 08:21
Bonsoir a tous

AG de mercredi 10 décembre à la Sorbonne à 12 h amphi Milnes Edward

Nous étions au forum de l'innovation en Europe voici quelques scoops qui nous concernent directement et de source plus que très informée.

Nous avons eu un échange avec Claude Alègre sur "la précarité des jeunes chercheurs"  et quelques informations de :

Luc Chatel sur "l'inovation", Valérie Pécresse sur la "liberté de circulation des chercheurs en Europe" et N. S sur l'avenir du CNRS, de l'ISERM, EPST, de la recherche fondamentale sur "les chercheurs qui avaient pour habitude de s'auto-évaluer"

Les députés PS sur place ont (bien entendus) applaudis...

Pour plus de détail
AG du jour ou les futurs Cr de PAPERA

--
Avrel & Antonin
PAPERA



--
Avrel
PAPERA

http://www.collectif-papera.org
Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans Snesup Evry 2008
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 15:40

Le budgets arrivent le compte n’y est pas. ORSAY au pain sec, protestation de présidents !

D’après Libération

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2008/12/universits-les.html

Valérie Pécresse l'avait promis : "un effort budgétaire sans précédent pour l'enseignement supérieur." Les notifications des budgets 2009 sont arrivées aux courriers des présidents d'Universités vendredi dernier. Et là, c'est la déconvenue.

Voici les premières réactions des Présidents de  Paris-Sud Orsay et de Montpellier-3, sous la forme de lettres d'alarmes appelant les personnels à la mobilisation. Manifestement, le décalage entre l'annonce et les moyens réels est important.

L'Université Paris-Sud Orsay pouvait pourtant espérer un traitement de faveur. C'est l'une de nos principales universités scientifiques, on y trouve du Nobel (Albert Fert), de la médaille Fields (Wendelin Werner) et elle devrait constituer la pierre angulaire du futur "cluster" scientifique voulu par Nicolas Sarkozy au sud de Paris. Résultat, annonce sa présidence, c'est ceinture et pertes d'emplois : "la dotation est en augmentation de 2,4% par rapport à 2008,  en deçà du taux d'inflation annuelle de 2008, et surtout très en deçà du taux moyen annoncé (15% pour l'ensemble des universités). Plus inquiétante encore la prévision donnée sur l'évolution des crédits de fonctionnement pour 2010 et 2011: -0,2% pour 2010 et +0,0% pour 2011 ! (...) Sur 2009, l'université va perdre 11 emplois de titulaires, 3 IATOSS au titre des réductions nationales des emplois dans les universités, et 8 Enseignants-chercheurs au titre de redéploiements entre les universités."

Voici la lettre du président de Paris-Sud Orsay :
Chers Collègues,
Nous avons reçu vendredi soir la notification des moyens de fonctionnement
2009 pour notre université.
Sur le plan budgétaire la dotation est en augmentation de 2,4% par rapport à 2008,  en deçà du taux d'inflation annuelle de 2008, et surtout très en deçà du taux moyen annoncé (15% pour l'ensemble des universités).
Il est très difficile de faire une analyse comparative précise de la réalité de cette augmentation sur le fonctionnement de l'université, dans la mesure
où la globalisation des crédits conduit maintenant le ministère à prendre en compte un périmètre élargie comprenant: le contrat, le plan licence, le plan carrière, l'enveloppe des primes .... , avec la Dotation Générale de Fonctionnement, qui elle même est  calculée cette année sur la base de nouveaux critères qui ne sont pas renseignés pour notre université.
Plus inquiétante encore la prévision donnée sur l'évolution des crédits de fonctionnement pour 2010 et 2011: -0,2% pour 2010 et +0,0% pour 2011 ! Ces sommes n'intègrent pas encore la masse salariale, mais le courrier notifie également l'évolution de notre dotation d'emplois :
Sur 2009, l'université va perdre 11 emplois de titulaires, 3 IATOSS au titre des réductions nationales des emplois dans les universités, et 8 Enseignants-chercheurs au titre de redéploiements entre les universités. Là aussi cette notification est accompagnée de prévisions sur 2010 et 2011:
l'université perdrait ainsi à nouv eau 8 emplois en 2010 et 8 emplois en
2011 !
Ce sont de très mauvaises nouvelles pour l'université, qui, par ailleurs, n'ont pas fait l'objet de concertation: qu'il s'agisse des concertations annuelles que nous avions chaque année avant la notification de la DGF ou de concertations à l'occasion de la campagne des emplois.
Qui plus est, nous voyons que ce qui aurait normalement dû être fixé à l'occasion de la négociation du contrat quadriennal est déjà fortement préempté.
J'avoue avoir beaucoup de mal à comprendre le sort fait à notre université, dans la logique d'une politique affichée cherchant à renforcer les capacités de nos établissements pour progresser dans la compétition internationale au plus haut niveau. Veut-on nous punir d'avoir eu des Prix Nobel et Médaille Fields ? On peut se le demander.
Bien cordialement
la présidence de l'Université Paris-Sud 11

Fichiers joints :

http://adonis.u-psud.fr/depot/1467/allocation_moyens_2009_P11.pdf

  

 

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans Snesup Evry 2008
commenter cet article

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives