Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 10:05

 

LES FAMEUX ENNEMIS DE MES ENNEMIS

  

 

Les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément mes amis : Kadhafi en est un exemple.

 

Que signifie pourtant l’agression en cours contre la Libye ? Qui peut faire semblant de croire, même pour un instant de raison, que les buts de la coalition franco-anglo-américaine, soutenue par la très démocratique Ligue Arabe, serait de donner une chance à la démocratie en Libye ? Comment peut-on, en se disant de gauche, voire communiste, employer cette novlangue médiatico-politique qui, depuis l’agression illégale de l’OTAN en Yougoslavie, appelle « frappes » ce que, dans le langage commun, il convient d’appeler des « bombardements », et ce que l’on désigne comme « victimes civiles » des « dommages collatéraux » ?

 

Quel parrainage entend-on donner à l’avenir « démocratique » de la Libye ? Celui du Qatar et des Émirats Arabes Unis ? Celui de Cameron et de Berlusconi ?

 

Je me borne à poser des questions.

 

Les bombardements perpétrés par les armées de Kadhafi dans le cadre de la guerre civile en cours sont des horreurs. Comme étaient des horreurs, pour ne prendre que cet exemple, les bombardements au phosphore de Gaza par l’armée israélienne. Mais on n’a jamais – même parmi les plus fervents défenseurs du peuple palestinien, demandé que les positions militaires israéliennes soient bombardées. Et Sarkoléon est demeuré sans sourciller « les bras ballants ». Sommes-nous plus solidaires des insurgés libyens que des palestiniens ? Comment, pourquoi, admettrions-nous le principe kouchnero-bushien du « droit d’ingérence » ? Appartient-il aux « démocraties » occidentales et à leurs valets dictatoriaux du monde arabe d’exporter le bicaméralisme universaliste ?

 

Nous vivons désormais dans un pays en guerre – comme si celle d’Afghanistan ne suffisait pas. Et les talibans sont un autre exemple d’ennemis de mes ennemis qui ne sont pas mes amis. La Méditerranée est une région en guerre. Les premiers morts de cette guerre sont victimes des bombes françaises. Les amis libyens de nos ennemis exultent ; ils regrettent que les bombardements n’aient pas été plus précoces et ne soient pas plus intenses ; militants d’une guerre civile, ils regrettent de ne pas avoir plus d’alliés plus investis à leurs côtés ; cela se comprend ; mais cela justifie-t-il à soi seul cette intervention ?

 

« Les caisses sont vides », dit volontiers notre va-t-en-guerre « national » mais pas au point de lésiner sur les dépenses militaires, celles qui tuent de loin par la mer ou de haut par les airs, sans grand risque pour nous vaillantes forces armées.

 

On peut craindre qu’avec des amis comme la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, les libyens, même insurgés, n’aient pas besoin d’ennemis. C’est le monde qui se reconfigure. Je ne suis pas sûr que les peuples en sortent gagnants.

 

Emprunté à L.L.... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Libre FSU Evry
commenter cet article

commentaires

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives