Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2006 3 14 /06 /juin /2006 11:08

Contribution au débat sur la méthode que pourrait suivre notre université pour la création et la publication des postes EC.

 

Rappelons quelques textes fondateurs sur lesquels l’université est régie encore de nos jours :

 

La Loi Savary dit : 
Article 2 - Le service public de l'enseignement supérieur contribue :
-          au développement de la recherche, support nécessaire des formations dispensées, et à l'élévation du niveau scientifique culturel et professionnel de la nation et des individus qui la composent.
Mon commentaire : tout est dit dans cet article sur le rôle de l’université. Les termes employés sont précis. La recherche est le support des formations. Respecter l’esprit de l’article2 de la loi Savary, c’est avant tout évaluer notre activité de recherche. A partir de cette activité de recherche, une offre de formation peut être ouverte.

 

L’article 30 de la même loi dit 
- Le conseil scientifique propose au conseil d'administration les orientations des politiques de recherche, de documentation scientifique et technique, ainsi que la répartition des crédits de recherche. Il est consulté sur les programmes de formation initiale et continue, sur la qualification à donner aux emplois d'enseignants-chercheurs.
Mon commentaire : respectons l’esprit de la loi. Le CS doit être en capacité d’examiner avec soin les demandes de poste EC. Jusqu’à ce jour, la liste des emplois était arrêtée en dehors du CS.

Un deuxième texte définit la statut des PU. Il s’agit du  

 

Décret n° 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corps des professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences

 

Titre 1,  article 7

 

Les professeurs des universités ont vocation prioritaire à assurer leur service d’enseignement sous forme de cours. Ils ont, en outre, la responsabilité principale de la direction des centres de recherche. 

Mon commentaire : les PU sont à la direction de la recherche et donc en sont les animateurs. Ils sont assistés par les maîtres de conférences. Toute l’activité de chaque collègue PU doit être évaluée. Son rôle dans la direction de la recherche doit faire l’objet d’un examen attentif.

 

Enfin, plus récemment l’ancien président de l’université Toulouse I a écrit un rapport qui porte son nom. En voici un extrait : 

Extrait du rapport Belloc
… Les activités de recherche ne font actuellement pas l’objet d’une évaluation individuelle pour chacun des enseignants chercheurs. Seuls ceux qui sont candidats….Les autres se trouvent ainsi en dehors de tout dispositif d’évaluation de leur activité de recherche. Cela décrédibilise la recherche universitaire et peut finalement aussi pénaliser les enseignants chercheurs eux-mêmes ...

 

Mon commentaire : je partage entièrement cet avis.

L’université doit mettre en place un véritable service d’évaluation doté de moyens financiers et en personnels. Sur cette base, nous pourrons avancer.

 En travaillant dans l’esprit de la loi Savary, les critères pour la création ou l’ouverture d’un poste de PR sont avant tout la création d’un nouveau laboratoire ou la création d’une équipe au sein d’un laboratoire, éventuellement le renforcement. Les critères sont donc : 2) la capacité du nouveau PR à animer une équipe.

Les critères pour créer un poste de MCF sont d’assister un PR dans ses recherches.  Il faut donc que le PR qui demande le poste justifie d’un niveau de publications dans des revues à comité de lecture (sont exclues les publications des collègues dans les revues où ils font partie du comité de lecture).

 

A partir de ces rappels, je propose une méthode que je soumets au débat à la fois dans notre liste et dans l’université.

 

Dès le début de l’année universitaire, les composantes, les laboratoires et les diplômes font part des demandes de postes. Les UFR débattent et transmettent aux conseils un rapport détaillé et public expliquant leurs choix.

Concernant le PR, celles-ci doivent renseigner le cadre du projet et le projet lui-même sur le plan scientifique et pédagogique. Si il s’agit de la création d’un laboratoire, le CS doit pouvoir examiner le projet, les acteurs du projet et cette création doit en principe rentrer dans les objectifs fixés par le plan quadriennal. Si il s’agit de créer une équipe au sein d’un laboratoire, la demande doit être justifiée à nouveau par un projet, que le CS pourra examiner. Envisageons de plus de pouvoir faire examiner les projets par des experts externes et indépendants.

 

Je propose que le CS examine avec rigueur les demandes sur le plan scientifique, il doit disposer pour cela d’éléments d’évaluation. Une fois, les demandes adoptées par le CS, les demandes sont examinées par le CEVU qui juge de l’aspect pédagogique de la demande et propose un classement selon les besoins en enseignement.

 

 Le CEVU doit aussi s’appuyer sur les critères suivants donnés par un véritable observatoire :

L’évaluation des besoins par le CEVU doit reposer sur une analyse précise du domaine de diplôme, de la mention de diplôme, de la nature des besoins en enseignements par discipline dans un ou plusieurs diplômes. La demande de poste doit être accompagnée d’une analyse précise des responsables de diplômes concernés expliquant comment et par qui étaient couverts les besoins ou justifiant la demande par de nouveaux enseignements.

 -          Taux de réussite dans le diplôme et le devenir des étudiants du diplôme, poursuite d’études ou insertion professionnelle des lauréats.


-         
Evaluation par les usagers du fonctionnement du diplôme établie de manière indépendante

 

 Les administrateurs devront disposer des outils d’appréciation et des avis du CS et du CEVU largement avant la séance. Le CA doit disposer : d’un état complet de l’utilisation des support de poste, d’une analyse de la situation des personnels permettant d’anticiper les départs à la retraite.

 -    Le CA discute aussi de la demande globale à partir des avis du CS et du CEVU, des données financières et de la stratégie globale qu’il entend donner à l’université d’Evry.

 

 

 Le 13 juin 2006

 

Enfin, le CA restreint doit avoir les moyens de vérifier que la politique d’emploi mise en place en début d’année a été respectée par les CSE. Les propositions des CSE doivent être accompagnées d’indications claires, vérifiées par les services administratifs, sur les CV des candidats classés.Gilles Waksman

 

 

 1) la qualité de la recherche dans le laboratoire

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans Archives 2006
commenter cet article

commentaires

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives