Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 16:25

 

 

Chronique de la vie quotidienne d’une université 3

 

Nous avions déjà évoqué le contractuel, le vrai, l’ordinaire, celui qui annonce la réalité de nombreux enseignants du supérieur de demain.

http://www.aes-apprentissage-univ-evry.org/article-23946344.html

Le lecteur non familier des arcanes de l’université réelle, celui qui n’a fréquenté que les filières scientifiques ou les allées bien ordonnées des filières nobles peut s’étonner de notre évocation qui fleure quelque peu les bas-fonds. Mais l’université française a aussi ses « caves de Lille » et fidèles à l’enseignement sociologique de Jack London c’est aussi elles que nous choisissons d’évoquer.

Nous avions laissé notre contractuel dans l’incertitude après que son secteur ait changé de maître, changement de nom, mais point de nature comme nous allons le voir !

 

Dans une véritable université nous aurions pu évoquer Beaumarchais ou Brecht pour qualifier les rapports du contractuel et de son mandarin, mais comme nous sommes comme eut dit le vieux barbu dans la seconde fois et donc dans la farce c’est le domaine du comique troupier ou des rapports Marchais/Elkabach qu’il nous faut décrire.

 

Le contractuel, n’est pas familier des arcanes et règles de l’enseignement supérieur, des obscures questions de statut et de service, encore moins de celles concernant l’ensemble des règles administratives de gestion d’un diplôme, ce qu’il sait c’est faire des cours, encadrer des mémoires de master, régler les petites questions du quotidien ce que les EC locaux lui laissent volontiers. Comme face à lui le « chef » et le « sous-chef » ne sont pas plus familiarisés avec ces questions, malgré leur âge avancé (la soixantaine et plus) le dialogue relève de la mauvaise comédie de boulevard. L’un arrive avec ses questions, l’autre avec ses réponses et les deux sont complètement hors champ de la réalité universitaire.

Tout cela serait extrêmement savoureux si le chef, ne prétendait pas rester le chef et si le contractuel, n’était pas justement contractuel…

Dans cette situation à la Kafka notre contractuel eut la mauvaise idée de se rendre à un jury de thèse. Vous nous direz rien d’extraordinaire, il se trouve être un des rares spécialistes sur le sujet, que la thèse soit dirigée par le Président, Ipse, d’une grande université de Province comme disent les parisiens, lui paraissait de nature à valoriser son très obscur département au-delà de sa modeste personne.

Quand le « chef » exigea un mot d’excuse pour son absence, il crut en plus à une plaisanterie et demanda s’il fallait qu’il sollicite une lettre entre les présidents d’universités pour justifier son inadmissible manquement à sa présence quotidienne…

On ne plaisante pas avec le « chef » et surtout un contractuel ne peut se permettre de sembler dépasser les EC sur le terrain déserté de leur légitimité  dans un obscur département d’une université au bord de la carte. Il a reçu une lettre recommandée !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans lbre fsu
commenter cet article

commentaires

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives