Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 11:31

Positions de la  CDUS (Conférence des doyens et directeurs des UFR scientifiques)
Voici copie d'un communiqué AEF 
Les obligations de service des enseignants-chercheurs, qui datent de 1984, "ne correspondent plus à la réalité" (CDUS) La répartition des missions des enseignants-chercheurs devrait se faire "sur la base d'un projet contractuel", préconise la CDUS (Conférence des doyens et directeurs des UFR scientifiques), à l'issue de son 12ème colloque qui s'est tenu du 25 au 26 octobre 2007. La répartition des missions devrait être "arrêtée par le conseil d'administration sur proposition de la composante de rattachement".

Pour la CDUS, "un universitaire n'a pas à réaliser toutes les missions de l'université en même temps, ni même à un moment de sa carrière. Il peut même n'en remplir qu'une seule pendant une période donnée." Les obligations de service sont actuellement fixées par un décret de 1984 mais elles "ne correspondent plus à la réalité de nos missions et, en sciences et technologies", elles "pénalisent fortement l'expérimentation", pointe la CDUS.

Les enseignements de première année "doivent être attribués prioritairement aux enseignants-chercheurs les plus expérimentés", estime par ailleurs la CDUS.

*SORTIR DES 192 HEURES DE TD*

"Il faut sortir de la contrainte des 192 heures de TD devant les étudiants." Sur ce point, la loi LRU "apporte une possibilité de souplesse" puisqu'elle prévoit que le CA définisse "les principes généraux de répartition des obligations de services des personnels
enseignants et de recherche".

Pour la CDUS, le service d'enseignement "en présence d'au plus 40 étudiants" devrait être établi selon l'équivalence "1 heure de cours = 1 heure de TD = 1 heure de TP". Et lorsque les effectifs sont supérieurs à 40 , "1 heure de cours = 1h30 de TD". De plus, lorsqu'un enseignant-chercheur est actif en recherche, son service d'enseignement en présence des étudiants ne devrait pouvoir "excéder un volume horaire fixé nationalement qui devrait faire l'objet d'une baisse significative par rapport au service standard actuel de 192 heures".

*EXPÉRIENCE EN ENTREPRISE*

La CDUS souhaite qu'au cours de leur formation, tous les doctorants bénéficient d'une expérience d'enseignement obligatoire ainsi que d'une expérience en entreprise. Et lors de son expérience d'enseignement, tout doctorant, en particulier tout moniteur, devrait être "mis en doublon en travaux pratiques ou en travaux dirigés avec un enseignant chevronné".

"Il faut faire de la première année de recrutement une véritable année de stage", demande la CDUS. Au cours de cette année, "un demi-service d'enseignement doit être confié au stagiaire". Le stagiaire doit bénéficier "de l'aide d'un référent parmi les enseignants
expérimentés".
En fin d'année, "un bilan sera demandé au stagiaire ainsi qu'au référent". Ce bilan "pourra conditionner la titularisation et l'allégement de la deuxième année". En deuxième année, un tiers de service pourrait être accordé en allégement de service d'enseignement, "selon le bilan de la première année et sur la base d'un projet d'enseignement et de recherche pour l'année à venir".

*ÉVALUATION DES ENSEIGNANTS-CHERCHEURS*

Au cours des quatre années qui suivent son recrutement, un maître de conférences "ne doit pas assumer de responsabilités autres que son enseignement et sa recherche", insiste la CDUS. Les conditions doivent lui être données "pour qu'il puisse effectuer correctement sa recherche,
obtenir une PEDR (prime d'encadrement doctoral et de recherche), et faciliter sa préparation à l'HDR (habilitation à diriger des recherches)".

Concernant l'évaluation des enseignants-chercheurs, la CDUS estime qu'elle doit se faire localement, "c'est-à-dire là où l'on peut réellement apprécier l'activité, sauf pour ce qui est de la recherche".
L'évaluation faite par les pairs "est plébiscitée, elle passe par une confrontation entre l'évalué et les évaluateurs". Elle doit servir d'abord à "vérifier que le contrat a bien été rempli quantitativement".
Elle est un "préalable indispensable" à l'élaboration d'un nouveau projet et donc d'un nouveau contrat individuel.

L'évaluation positive doit entraîner un bonus, soit immédiat (primes, intéressement, accès à certains moyens), soit différé (promotion), conclut la CDUS.

*Contact : *CDUS, Gilles Raby, président, 05 49 45 35 55,
gilles.raby@univ-poitiers.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by SNESUP EVRY - dans snesup-evry 2007
commenter cet article

commentaires

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives