Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2005 5 18 /02 /février /2005 00:00

Le contexte des élections à l’université

Les élections pour le renouvellement des conseils ne se présentent pas dans un contexte favorable pour l’université et l’IUT :

  • Le gouvernement n’a pas abandonné ses objectifs, les dernières propositions de loi de Fillon, la loi sur l’école touchera de plein fouet notre bassin de recrutement et le projet de loi d’orientation de la recherche renforce le danger pour les petits établissements.
  • La politique d’austérité déjà en œuvre aggrave nos difficultés et celle des lycées de notre bassin.
  • Malgré les dénégations officielles, les déclarations de principe des universités et autres écoles un système concurrentiel s’est mis en place et menace directement nombre de nos filières :
    1. les universités de Paris XI, Paris XII, Paris VII et Paris II captent (en plus des CPGE et des STS) une partie des étudiants de notre bassin potentiel. Le passage au LMD de plusieurs universités  dès cette année renforce cette tendance à tous les niveaux car elles sont prêtes et rodées.
    2. Des lycées du secteur et la Faculté des métiers créent des licences professionnelles avec d’autres universités et concurrencent directement l’IUT et nos filières professionnels en FI et en apprentissage.
    3. Le risque est de voir renforcer le phénomène de fuite et d’évitement d’une partie des bons étudiants pour ne laisser à Evry  dans nombre de secteurs qu’un rôle de parking pour les choix par défaut. Cette tendance, déjà amorcée, pèserait de manière encore plus forte sur l’ensemble et entraînerait la dégradation des secteurs qui fonctionnent.
      • La manière chaotique et les divisions dans la mise en place du LMD dans certains domaines hors sciences fait peser des interrogations sur le résultat et notre offre de formation future.
      • La dégradation des relations de l’université avec nos partenaires (MEN, collectivités), le manque d’affirmation d’une politique dans les différents secteurs pénalisent l’université.
      • L’incapacité à solutionner des divisions et des querelles liées aux périodes antérieures et à un mode patrimonial de conception et de gestion, les errances et les problèmes de la gestion des cas individuels des personnels bloquent en partie  la dynamique et l’esprit d’initiative qui avait fait la force d’Evry.
      • Enfin l’absence : de dialogue, d’explications claires, d’informations étayées, illustrée par le dernier conflit ne permet pas de trouver à travers un débat démocratique et argumenté les voies de solution.

 

Le SNESup a été à l’initiative des  majorités qui ont conduit les affaires dans l’établissement. Il l’a fait dans un esprit de responsabilité et le souci permanent des intérêts des personnels, des étudiants et de l’université. La section a cependant toujours cherché à garder, avec plus ou moins d’acuité une liberté de jugement sur les politiques menées, nous pensons que la conception des « gaudillots » est dépassée et contre-productive. S’agissant de la période 2001-2005, les conseils ont du accompagner une fin de mandat présidentiel et un nouveau mandat qui n’a pas répondu pleinement aux espoirs que la majorité des collègues avaient mis en lui. Nous ne sous estimons pas les difficultés créées par les problèmes financiers et la conjoncture de réformes et d’offensive libérale contre l’Université, nous avons enregistré avec satisfaction certaines mesures que nous réclamions, un début de réorganisation administrative et financière, la venue de cadres administratifs compétents à certains postes clefs (après de cruelles erreurs dans un premier temps), nous avons accompagné et soutenu ce qui nous paraissait positif en bataillant parfois fermement pour les obtenir, en exprimant des critiques. Aujourd’hui nous livrons une appréciation au débat et nous lançons quelques propositions.

Pour nous le syndicat n’est ni un groupe au service d’intérêts politiques ou d’intérêts personnels ou de clans, notre souci est d’abord l’intérêt et la défense des personnels. Dans l’enseignement supérieur la situation des personnels est étroitement liée au fonctionnement des établissements d’où notre engagement dans les élections. Comme pour les autres élections la section du SNESup Evry-Université -IUT- n’a que l’ambition d’être un outil au service des collègues.

Ce sont les collègues, en constituant des listes et en élaborant des programmes, les  électeurs en faisant leur choix, qui décideront de l’avenir du gouvernement de l’université, des orientations et du calendrier des changements à opérer.

Partager cet article

Repost 0
Published by snesup - dans Archives 2005
commenter cet article

commentaires

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives