Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 23:50

Ensemble pour le renouveau de UEVE

Préambule

Avant d’exposer le programme d’une future liste, il semble nécessaire de rappeler que nous enseignants et chercheurs sommes des fonctionnaires. Etre fonctionnaire signifie que nous exerçons une mission au nom de l’état et au service de la population. Quelle est cette mission ? Faire progresser la connaissance et la transmettre. Cette mission est dévolue pour partie aux universités et donc l’ensemble des personnels doit œuvrer pour un enseignement et une recherche de qualité.

Dans la situation actuelle, nous n’avons pas tous les moyens d’exercer cette mission dans des conditions satisfaisantes. Ce n’est pas pour autant que les enseignants chercheurs ne portent aucune responsabilité.

Accueillir les bacheliers dans de bonnes conditions et leur offrir des formations qui mènent à un emploi est aujourd’hui encore de notre responsabilité. Il est évident que dans certains domaines ce n’est pas le cas. De plus, mobiliser et réclamer des moyens pour des formations, dont nous enseignants chercheurs savons que les jeunes sont dans une impasse, est totalement irresponsable.

Etre aujourd’hui un enseignant chercheur qui exerce son métier de façon sérieuse, ce n’est pas défendre ses intérêts personnels, mais c’est se mettre au service d’un projet qui non seulement dégage une élite qui permettra le développement de la connaissance (diplômé en master, docteur) mais aussi et surtout permettre à la grande majorité des étudiants d’obtenir des diplômes qui leur permettent d’accéder à un emploi.

 

L’autonomie des universités.

La loi votée par l’assemblée nationale concernant l’autonomie des universités est une loi libérale. Ceci a pour conséquence de mettre en concurrence les universités. Il y aura donc des universités prestigieuses qui attireront les étudiants et qui sauront attirer les meilleurs enseignants chercheurs ainsi que les meilleurs laboratoires. Il y aura aussi des universités qui seront d’excellence concernant l’un des points cités précédemment. Et il y aura les autres.

Cette loi libérale n’est pas sans conséquences sur les finances des universités. Que les fonds soient publics ou privés, ils iront aux universités prestigieuses.

Cette loi libérale n’est pas sans conséquences sur l’offre de formation des universités. Les meilleures universités sauront, grâce à leurs moyens, créer des diplômes qui mènent à l’emploi.

Dans tous les autres domaines qui concernent la vie de l’université (accueil, administration, recherche, formation tout au long de la vie, etc.), il en sera de même.

 

Constat de la situation d’UEVE

Evry est une université qui attire peu dans les filières « classiques » sauf en Droit !

Nous subissons le sort général des universités évitées par une part importante des enfants des  couches au plus fort capital culturel, mais notre situation est aggravée par l’étroitesse et la faiblesse de notre espace de recrutement. Ce manque d’attractivité en premier cycle n’est pas compensé en second cycle sauf en filières professionnelles, la faiblesse de notre image universitaire est là, aggravée par l’image très négative de la ville.

En 2006/2007 sur environ 3000 bacheliers S (Sciences)  de l’année dans l’espace potentiel de recrutement d’Evry  (centre et Sud Est Essonne, Sud Seine et Marne), seuls 201 s’inscrivent directement  dans une filière Sciences de notre université, 77 sont des cumulatifs, 137 se répartissent dans les autres filières dont 44 en Staps. L’IUT en recrute 236 soit 34% de ses effectifs étudiants contre 29% à l’université.

Les bacs ES de 2006 représentent 26% du recrutement (380 étudiants). Les  bacheliers technologiques dont la réussite est faible sont le même nombre soit ¼ du recrutement. En plus des bacs anciens de la FC et de bacs étrangers le recrutement 2006 comportait  9% de  bacs Pro dont la réussite constatée est très, très faible 0,02% en AES 1 en 2005/2006. Notre espace fournit relativement peu de bacheliers généraux et, selon les secteurs, nous sommes fortement concurrencés par les CPGE, Paris XI, les universités parisiennes et les BTS !

Si l’on fait un bilan rapide de l’attractivité, les secteurs qui fonctionnent le mieux du point de vue recrutement d’étudiants et attraction équilibrée c’est à dire :

-   En L1 ou L3 une assise sur un recrutement de bacs (et en Master des diplômes amonts) correspondants à la discipline ou aux objectifs de professionnalisation.

- En Master un recrutement équilibré et suffisamment étoffé: une part d’étudiants du secteur(91 Est, 77 Sud), une part d’étudiants venant de la région IdF ou du reste de la France ; une part d’étudiants étrangers

 

sont :1)le droit ;2) matériaux ; 3) les filières de ST

  Toutes les autres filières souffrent de déséquilibres, soit une faiblesse en terme de nombre et d’espace de recrutement d’étudiants en L et/ou en Master, d’autres d’un recrutement soit centré uniquement dans l’ombre portée de l’université y compris en Master, d’autres d’une faiblesse de recrutement local, voire régional ou national. Les structures fortement attractives sont partout les IUP, aussi bien dans les secteurs qui tournent  que dans ceux où ils sont l’ossature de la filière. Dans les secteurs moins attractifs ou à recrutements déséquilibrés, ils présentent des profils similaires aux secteurs qui tournent, c’est vrai pour Miage, l’IUP Bio-informatique, même dans une filière qui attire peu d’étudiants français l’IUP d’Eco est moins déséquilibré dans son recrutement que le reste de la filière, Architecture des Systèmes en informatique. Dans les secteurs en crise de l’UFR SSG ce sont les seuls à présenter ce profil de filières équilibrées dans leur attractivité.

Partout le nombre d’étudiants dans les Master Recherche des filières « classiques » est faible et préoccupant, quand il n’est pas infime.

L’IUT  bénéficie d’un recrutement socialement et scolairement plus favorisé alors que celui de l’université s’est dégradé en quelques années, il bénéficie aussi d’un espace géographique plus large en première année que celui d’EVE et est bien installé comme le l’IUT principal de l’Essonne en mordant sur le Sud Val de Marne et légèrement sur le  Sud de la Seine et Marne.

L’ensemble des données ci-dessus montre que l’UEVE n’attire que peu les bacheliers. L’offre de formation en L est trop dispersée. Il en est de même en M où les chiffres sont alarmants hormis quelques formations. Enfin en doctorat, seule une ED s’en sort mais en n’étant pas classée dans les meilleures.

Force est de constater que l’UEVE n’attire pas les étudiants. Ceci est un handicap non seulement pour les formations professionnalisantes mais aussi pour les formations « classiques » et la recherche. Notre université ne fera pas partie des meilleures universités ce qui enclenchera une spirale du déclin.

 

Programme

Il faut réaffirmer haut et fort qu’un pôle d’enseignement supérieur et de recherche doit exister dans le sud est de l’Essonne. Ceci est un facteur de développement de la vie sociale et économique. Dans le cadre le la loi qui instaure la concurrence entre universités, il faut donc attirer les bacheliers et les étudiants post bac, en leur proposant une offre de formation et de recherche de qualité..

On peut y arrivera en fusionnant l’UEVE avec l'université Paris Sud, qui arrive à la 64e place mondiale du classement de Shanghai. Dans ces conditions, on pourra continuer le développement de l’enseignement supérieur et de recherche à Evry.

Que UEVE devienne PXI est certainement la solution qui permettra que les étudiants retrouvent le chemin qui mène aux portes de notre établissement.

Quelque soit le domaine d’enseignement et de recherche, les collègues enseignants chercheurs, les chercheurs, les laboratoires d’Evry sauront trouver à PXI une synergie, voire une intégration, et des collaborations avec l’actuelle université PXI. L’administration sera intégrée celle de PXI et se verra renforcée.

Un autre aspect du programme de la liste concerne la vie étudiante. Il faut faire d’Evry une ville universitaire. Un véritable dialogue doit s’instaurer avec la ville d’Evry, les collectivités locales afin que naisse à Evry une vie estudiantine après les cours. Toutes les initiatives allant dans ce sens devront être prises en compte

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Etat de la mobilisation Univ

Notre camarade Sequinot de Lille tient à jour l'état de la mobilisation dans les universités et les IUT. Cliquez sur le lien:

http://www.univ-lille1.fr:80/snesup59-62/mobilisation/

Recherche

Archives